Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 21:05
http://herboriste.pagesperso-orange.fr/listeplante/coquelicot.gif

Non Latin :
Papaver rhoeas
Famille : Papavéracées
Autres noms : pavot des champs, pavot sauvage, ponceau, poinot, babiou, graousselle, pavot-coquelicot, chaudière d'enfer, ponceau, gravesolle, pavot rouge, mahon, pavot-coq, coq-mahon, coquelourde, pavot des moissons. 
Composition : alcaloïdes (rhéadine), mucilages, pigments (anthocyanes), acide méconique, tanin.
 
Mise en garde : Respecter les doses et pas d'usage prolongé. Quelques intoxications on été relevées chez les enfants (surement dû à un surdosage).  
 
Parties Utilisées : Fleurs (pétales), capsules
Récolte : pendant la floraison
Floraison : Mai à Septembre
 
Propriétés :
Narcotique léger
Béchique, Sédatif de la toux
Antispasmodique
Adoucissant
Sudorifique
 
Indications :
Insomnies
Toux spasmodiques (asthmes, rhumes, coqueluche)
Bronchites
Pneumonies
Pleurésies
Fièvres éruptives
 
Usages externes :
Angines
Inflammation des paupières
Abcès dentaire
 
Le rouge du coquelicot ne passe pas inaperçue dans nos campagnes, le fragile coquelicot est une de nos belles plantes sauvages. Avec le bleuet et la marguerite, il constitue notre bouquet patriotique.
Le nom de coquelicot semblerais venir de « coquerico » une déformation de « cocorico » la couleur écarlate de ses pétales rappelant la crête du coq, pour d’autre c’est la particularité du coquelicot de clamer la toux de la coqueluche qui se caractérise par une toux typique rappelant le chant du coq qui lui a fallu le nom de coquelicot. Ainsi notre coquelicot semble être lié à ce gallinacé dans un cas comme dans l’autre, autre emblème patriotique cela dit en passant.
Papaver le rattache au pavot avec le quel il a beaucoup de ressemblance quand à Rhoeas viendrait du grec rheo : je tombe, je coule car les pétales du coquelicot sont fragiles et s’étiolent facilement.
Au niveau médicinale, le coquelicot est surtout un béchique et un sédatif.
Pour lutter contre les affections respiratoires et contre la toux on peut l'associer aux fleurs de violette et de mauve. Mais aussi avec l'écorce de hêtre, le bouleau blanc, le lierre terrestre, le tussilage, l'hysope, le marrube, le thym, les bourgeons de sapin. Pour les insomnies on peut l'associer avec la passiflore, mélilot, tilleul, marjolaine, aubépine, houblon, feuille ou fleur d'oranger.
Chomel indique que le coquelicot est un sudorifique efficace. En médecine populaire on l'utilisait pour les rhumatismes, les coliques, les toux sèches, les catarrhes pulmonaires, les bronchites, les angines et la coqueluche.
Les pétales sont calmantes et légèrement narcotiques, elles rentrent dans la composition de la tisane pectorale des 4 fleurs (qui en contient en réalité 7).
On peut faire un sirop contre la toux et un sirop somnifère.
 
Utilisations :
 
Infusion :
10 g à 20 g de pétales pour un de litre d'eau bouillante. Infuser 10 mn. Boire 3 à4 tasses par jour, sucrée au miel, et la dernière au coucher.
Contre la toux ou comme calmant.
Cette infusion peut servir en usage externe en compresse sur la peau sèche, lotionner et laisser sécher sans essuyer. 
  
15 g  à  20 g de pétales de coquelicot pour un litre d'eau bouillante. Infuser 10 mn.
En gargarisme, bains de bouche (abcès), bains d'yeux.
 
Décoction :
8 à 10 capsules par litre d’eau. Bouillir 5 à 10 mn. Infuser 5 mn
3 à 4 tasses comme sédatif.
 
Cataplasmes de pétales :
Pour les inflammations oculaires.
 
Sirop :
400 gr de pétales de coquelicot frais, verser dessus un litre d'eau bouillante, couvrir.
Laisser macérer 12 heures. Ensuite passer et ajouter 1,5 Kg de sucre et cuire jusqu'à consistance sirupeuse.
Prendre 3 à 6 c. à café pour jour, contre la toux et comme somnifère
 
Recette de Fournier :
100 g de pétales pour 1,5 litre d’eau bouillante, macérer 6 heures, ajouter 1500 g de sucre.
Repost 0
Published by L'herboriste - dans Plantes médicinales
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 18:29

Nom latin : Laurus nobilis

Autres noms : Laurier sauce, Laurier d'Apollon

Famille : Lauracées

Partie de la plante distillée : Feuilles, jeunes rameaux fructifiés

Composition : Monoterpénols 15 %(linalol, terpinéol), Esters 17 %(acétate de terpényle), Oxydes monoterpéniques 36 %(1,8 cinéole), Monoterpènes 19 %(sabinène), Lactone

 

 Propriétés :

             Antibactérienne remarquable 

             Antivirale puissante (grippe)  

             Fongicide excellente

             Mucolytique et expectorante (asthme)

             Antalgique et antinévralgique très efficace

             Régulatrice du système nerveux sympathique et parasympathique

             Anti-dégénérant et anti-putride (confort des cancéreux)

             Neurotonique, stimulant cérébral, tonifiante et énergétisante

             Régulateur lymphatique

             Vasocoronarodilatateur  

 

Indications :

Bronchite et sinusite chroniques, grippes
Mycoses cutanées, gynécologiques et digestives, acnés, psoriasis, escarres, ulcères variqueux
Inappétence, dyspepsie, colite, flatulence, putréfaction intestinale
Arthrite, rhumatismes, névrite, névralgie
Anxiété, psychose, dépression,
Gingivites, aphtes, parodontoses
Adénopathies
Spasmes coronariens
Confort des cancéreux

 

Les feuilles donnent par distillation, une huile essentielle présentant une grande diversité de constituants biochimiques. Ce qui fait de l’huile essentielle de laurier une huile très équilibrée, complète et complexe. Son parfum caractéristique et puissant en font une huile très agréable à utilisée.

Sa richesse et son équilibre en font une huile très polyvalente : anti-infectieuses à large spectre et puissante actif conte les virus, bactéries, champignons. Antalgique puissante son activité antidouleur est utilisée dans tous les cas ont la douleur doit être gérer. Elle active la circulation lymphatique.

C’est une de mes huiles essentielles préférées et je conseils de l’avoir dans son armoire à pharmacie familiale.  

 

Observations : L'Huile Essentielle varie très peu selon le pays et a un parfum puissant qui a un grand impact psychologique et tonifie les facultés mentales. Elle est efficace à faible dose.

Déconseillé dans les 3 premiers mois de grossesse. Sensibilisation de type allergique possible. Effet narcotique à hautes  doses.

 

Applications thérapeutiques cutanées (Dr Willem) :

             Acné surinfectée : 5 gouttes de Laurier + 10 gouttes de Lavande aspic + 5 gouttes de Tea-Tree dans 5 ml d'huile végétale de Macadamia appliquer 1 à 2 gouttes sur les boutons d'acné.

             Adénite : 2 gouttes de Laurier + 1 goutte de Thym à thujanol + 2 gouttes de Tea-Tree. En application locale 3 fois par jour.

             Amygdalite : 1 goutte de Laurier + 1 goutte de Thym à thujanol en application locale 3 fois par jour. 

             Aphtes : 2 gouttes de Laurier sur l'aphte 2 fois par jour. 

             Douleurs rhumatismales : 10 gouttes de Gaulthérie + 10 gouttes de Romarin officinal à cinéole + 5 gouttes de Laurier noble dans 15 ml d'huile végétale d'Amande douce.

             Drainage lymphatique : 5 gouttes de Laurier + 10 gouttes de Palmarosa + 10 gouttes de Bois de rose dans 20 ml d'huile végétale de Macadamia.

             Escarres – Ulcères : 2 gouttes de Laurier noble + 3 gouttes de Lavande vraie dans 20 gouttes d'huile végétale de Millepertuis en application locale 3 fois par jour. Nettoyer la plaie avec de l'Hydrolat de Lavande vraie.

             Lumbago : 1 goutte de Laurier + 1 goutte de Menthe poivrée + 2 gouttes d'Eucalyptus citriodora en massage 5 fois par jour. 

             Orgelet : Hydrolat de Myrte et de Laurier. 3 fois par jour

             Parodontose – gingivite : 1 goutte de Laurier noble + 1 goutte de Tea-Tree + 2 gouttes d'huile végétale de Millepertuis. Masser les gencives souvent.

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Huiles Essentielles
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 21:07

http://herboriste.pagesperso-orange.fr/listeplante/melisse.jpg

 

Non latin : Melissa officinalis L.

Famille : lamiacées

Autre noms : baume mélisse, céline, citronne, citronnelle, citronnade, herbe au citron, herbe aux mouches, mélisse citronnelle, mélisse des boutiques, menthe au citron, piment des abeilles, piment des ruches, poincirandi, ponchirade, ponicarde, poincivade, thé de France. 

Composition : huile essentielle, résine, tanin, principe amer, acide gallique, cire, mucilages, camphre, polyphénols, acide rosmarinique, flavonoïdes aglycone, triterpènes. 

Mise en Garde : Pas d’usage prolongé car son action antigonadotrope freine l’activité des glandes sexuelles. La mélisse peut interférer avec la thyrotropine  un stimulant hormonale de la thyroïde qui peut être prescrit chez des sujet ayant des problèmes de thyroïde. Mais la mélisse ne semble pas agir au niveau thyroïdien. Incompatible avec les métaux et métaux lourds et leurs sels. 

Parties Utilisées : feuilles, sommités fleuries.

Récolte : on récolte les feuilles avant la floraison en mai et juin, les sommités fleuries vers juin à août juste au moment de la floraison.

Floraison : Juin à Septembre

 

Propriétés :

Antalgique

Antibactérien, Antivirale

Antispasmodique

Calmantes et sédative

Carminative, Stomachique

Cholagogue, Cholérétique

Emménagogue (légèrement)

Fébrifuge, Sudorifique

Hypotensive

Stimulante (physique et intellectuel)

Tonique (du cerveau, cœur, utérus, digestif)

 

Indications :

Aérophagies, Ballonnements, flatulences

Anémie

Anxiété, Dépressions, Émotivité Épuisements nerveux, Fatigue, Nervosité (et convulsions, épilepsie), Mélancolie, Troubles du sommeil

Asthme, Bronchites chroniques, Grippe, Rhume

Bourdonnements d’oreilles

Déficience intellectuelle (mémoire)

Dyspepsies (douleurs gastriques), Coliques, Diarrhées, Indigestions nerveuses, Problèmes digestifs

Crampes et douleurs menstruelles

Herpès

Hoquet

Migraines d’origines nerveuses ou digestives

Nausées et vomissements (de grossesse, mal des transports)

Neurotonie

Névralgies

Palpitations

Vermifuge

Vertiges

Vulnéraire

 

Usages externes :

Contre les insectes

Contusions

Herpes labiales

Névralgies

Piqûres d’insectes

Rhumatismes 

La mélisse est une plante médicinale de grande renommée et ses vertus ne sont pas négligeables, d’ailleurs elle doit faire parties des plantes que l’on doit avoir à la maison. Comme ses noms vernaculaires l’indiquent la mélisse se caractérise pour son odeur de citron, toute fois cette bonne d’odeur de citron a tendance a ce transformée en odeur de punaise quand la mélisse fleurie c’est pour cela qu’il faut récolter les feuilles avant la floraison. Et les sommités fleuries juste à la floraison avant que cette mauvaise odeur apparaisse. 

La mélisse en France n'existe à l'état sauvage qu'en Corse. Dans le reste du pays, elle s'est échappée des jardins ou est un reliquat d'anciennes cultures médicinales. Elle peut passer inaperçue au milieu d'un bouquet d'ortie piquante ou d'ortie blanche car elle leur ressemble. A l’époque de Dioscoride et de Théophraste, la mélisse s’appelait mellissophyllon (feuille à abeille). Tandis que Pline et Virgile la nommait apiastrum. Melissa signifiant abeille en grec, car c’est une de nos meilleur plante mellifère, d’ailleurs là encore, ses noms vernaculaires précise cette caractéristique : piment des abeilles, piment des ruches. Les apiculteurs, depuis Virgile, en frottent les parois des ruches pour que les essaims volants s'y posent et ne les délaissent pas.

Les médecins arabes furent les premier a utilisée la mélisse comme cordial avant les religieux du Carmel.
Elle rentre la composition de liqueur comme la bénédictine et la chartreuse.
La mélisse fait partie des plantes rare qui peuvent être prise pendant la grossesse comme anti-vomitive et contre les nausées, à condition de prendre que 3 tasses par jour en infusion légère une c. à soupe de feuilles pour 500 ml d’eau bouillante. 
Chomel dit que l’eau de mélisse a acquit une réputation égale à celle de l’eau de la reine de Hongrie dont je vous parlerais quand je vos présenterais le romarin.
Pour Paracelse la mélisse est une herbe souveraine pour la plupart des maux et macérer dans du vin de Rhin, elle redonne force et santé à ceux qui sont malades, fatigués ou âgés.
En Alsace, la coutume voulait que les jeunes mariés laissent tremper pendant la nuit une tige de mélisse dans du vin ; au matin, chacun la tirait par un bout et celui qui gardait le plus long fragment dans la main était sûr de "porter la culotte" dans la maison.
Sa tisane agréable agit à merveille sur la digestion.
Elle est à la fois stimulante et calme les problèmes d'origine nerveuse.
Elle a de multiples indications comme les rhumatismes, les palpitations, la mélancolie. Elle résout les plaies.
Herbe aromatique, on l'emploie fraîche en cuisine dans des salades.
Dans les armoires contre les mites et parfume le linge.
Personnellement j’associe la mélisse avec l’angélique, menthe pour la digestion.
Avec d’autres antispasmodiques comme le coquelicot, lavande, à des béchiques comme le tussilage ou la guimauve dans les affections bronchiques.
Houblon, bigaradier valériane, tilleul, aubépine, passiflore pour les problèmes d’origines nerveuses (insomnie, dépression, crise de nerf, etc....).
De plus son goût permet d’apporter une saveur agréable aux tisanes.
La mélisse en cas de tension et de stress fait merveille.
La mélisse c'est montrée aussi efficace contre l'herpès en pommade.
 

Utilisations : 

Infusion :

Mettre 20 à 50 g par litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.

Boire 2 à 4 tasses.
Contre les spasmes nerveux, les spasmes de l’estomac ou de l’intestin, aérophagies. Boire après les repas.
Avant les repas pour une action stomachique, cholérétique et tonique.
Infusion valable aussi pour les vertiges, nausées, palpitations et insomnies. 

Angoisse et nervosité : 75 g de feuilles de mélisse, 20 g de fleurs de camomille et 15 g de feuilles de menthe.

Une c. à soupe par tasse du mélange par tasse d’eau bouillante, infuser 10 mn.

Boire 2 à 3 tasses par jour. 

Décoction :

Décoction concentrer de feuilles de mélisse 500 g pour litre bouillir 5 mn, infuser 10 mn.

En massage contre les névralgies

Dans un bain action calmante contre troubles nerveux et spasmes et règles douloureuses 

Cataplasme :

Ecraser des feuilles fraîches de mélisse, et les appliquer sur des piqûres d’insectes. 

Compresse :

Faire une infusion de feuilles de mélisse 50 g par litre. Appliquer en compresse pour soulager les migraines d’origines nerveuses ou digestives.

Feuilles en compresse contre engorgement mammaire et ecchymoses. 

Alcoolature :

Mettre 100 g de feuilles fraîches de mélisse dans 100 g d’alcool à 95°.

Laisser macérer 2 à 3 semaines, filtrer.

En interne 40 à 50 gttes par jour dans un demi-verre d’eau.

Externe 60 gttes dans verre d’eau tiède, en compresses. 

Teinture :

Faire macérer 30 g de feuilles sèches de mélisse dans 150 g d'alcool à 80°, pendant 10 jours.

Prendre 10 à 20 gouttes dans un demi verre d’eau. 

Huile :

En friction sur les zones douloureuses en cas de névralgies, rhumatismes, migraines ou enflures après une contusion.

Faire macérer 750 g de feuilles fraîches de mélisse dans 500 ml d'huile végétale. 

Vin :

Faire macérer pendant 48 h, 50 g à 60 g de feuilles fraîches de mélisse dans un litre de bon vin blanc.

Prendre 2 c. à soupe.

Contre les nausées, la fatigue. 

Poudre :

Comme vermifuge une c. à café avec du miel. 

Eau de mélisse :

La vraie d’eau de mélisse est en faite un alcoolat de mélisse composée c'est-à-dire un mélange de plantes dont la proportion de mélisse est dominante que l’on fait macérer dans de l’alcool et ensuite on procède à une distillation et on recueil donc l’alcoolat qui est un liquide incolore.

La vraie eau de mélisse des Carme contient de la mélisse, angélique, muguet, cresson, citron, marjolaine, primevère, sauge, romarin, lavande, armoise, sarriette, camomille, thym, coriandre, cannelle, girofle, muscade, anis vert, fenouil, santal et gentiane. 

Mais on peut faire chez soi des eaux de mélisse dont voici les recettes et différente variante :

Recettes avec distillation :

Sommités fraîches de mélisse 300 g, zeste de citron 5 g, sommités fleuries de serpolet 5 g, sommités fleuries de thym 5 g, sommités fleuries d’hysope 5 g,

Feuilles de sauge 5 g, sommités fleuries de marjolaine 5 g, feuilles de romarin 5 g, racines d’angélique 10 g, semences de coriandre 10 g, écorce de cannelle 5 g, clous de girofle 5 g, macis 1 g, noix de muscade 5 g.

Faire macérer le tout dans 1,1 l d’alcool à 85° pendant 3 jours, ajouter 1 l’eau et distiller au bain marie afin d’obtenir 1 litre d’alcoolat.

Prendre une demi-c. à café dans un demi-verre d’eau ou pur.

 

Sommités fraîches de mélisse 900 g, zeste de citron 150 g, écorce de cannelle 80 g, clous de girofle 80 g, noix de muscade 80 g, semences de coriandre 40 g, racines d’angélique 40 g, alcool à 80°.

Faire macérer les plantes pendant 4 jours, distillé ensuite.

Prendre une demi-c. à café dans un demi-verre d’eau ou pur.

 

Recettes sans distillation :

Dans un litre d’alcool à 40° faire macérer 100 g de sommités fleuries sèches de mélisse, 15 g de zeste de citron, 10 g de racine d’angélique, 10 g de feuille de menthe, 10 g de feuille de basilic, pendant 12 jours.

Ensuite  ajouter 50 g de semence de coriandre, 10 g de noix de muscade, 10 g d’écorce de cannelle, 3 clous de girofle et laisser macérer encore 8 jours.

Filtrer et mettre en bouteille. Prendre par c. à café en cas d’étourdissements, vertiges, de malaises divers.

 

Dans un litre d’alcool à 40° ou 45°, faire macérer 50 g de feuille de mélisse, 5 g d’écorce de cannelle, 15 g de zeste de citron, 10 g de racine d’angélique, 15 g de semence de coriandre, 10 g de clou de girofle et 15 g de noix de muscade.

Prendre par c. à café.

 

6 poignées de feuilles de mélisse fraîches, 15 g d’écorce de citron, 15 g de noix de muscade, 15 g de semence de coriandre, 10 g de clou de girofle, 10 d’écorce de cannelle, 10 g de racine d’angélique faire macérer pendant 3 jours dans 375 g de vin blanc et 120 g d’eau de vie.

Prendre par c. à café.

 

Faire macérer pendant 9 jours dans 3 litres d’alcool à 40°, 500 g de sommités fleuries de mélisse, 16 g de racines d’angélique, et 125 g de zeste de citron.

Filtrer et ajouter 200 g de semences de coriandre, 40 g de noix de muscade, 4 d’écorces de cannelle et 2 g de clous de girofle.

Laisser macérer encore 8 jours.

Filtrer et ajouter 350 ml d’eau distillée. Laisser reposer 24 heures. Filtrer a nouveau. Et mettre en bouteille.

Prendre un petit verre comme stomachique et antispasmodique.

En usage externe sur les coupures, plaies.

 

120 g de feuilles de mélisse, 30 g d’écorce de citron, 30 g de noix de muscade, 30 g de semences de coriandre, 15 g de clous de girofle, 15 g d’écorce de cannelle. Mettre à macérer dans 2 litre d’alcool à 40°, pendant 8 jours, ensuite filtrer en mettre en bouteille.

Prendre par c. à café.

 

Faire macérer pendant 15 jours dans un litre d’alcool à 80°, 50 g de feuilles de mélisse, 5 g d’écorces de cannelle, 15 g d’écorces de citron, 10 g de racines d’angélique, 15 g de semences de coriandre, 10 g de clous de girofle, 15 g de noix de muscade. Ensuite filtrer.

Prendre par c. à café.

 

Faire macérer pendant 15 jours dans 1, 5 l d’alcool à 40° ou 45°, 15 g de feuilles de mélisse, 15 g de feuilles de basilic, 15 g de feuilles d’hysope, 15 g de feuilles de menthe, 15 de feuilles de sauge, 15 g de feuilles d’absinthe, 15 g de racines d’angélique. Filtrer et mettre en bouteille.

Prendre par c. à café.

 

Dans un litre d’alcool à 40° ou 45°, faire macérer 50 g de feuille de mélisse, 10 g d’écorce de cannelle, 30 g de zeste de citron, 15 g de racine d’angélique, 60 g de semence de coriandre, 5 g de clou de girofle et 10 g de noix de muscade.

2 c. à soupe.

 

Dans 2, 5 l d’alcool à 70° faire macérer pendant 4 jours 350 g de sommités fleuries fraîches de mélisse, 75 g de zeste de citron, 40 g d’écorces de cannelle, 40 g de clou de girofle, 40 g de noix de muscade, 20 g de semences coriandre et 20 g de racines d’angélique.

Une demi-c. à café.

 

On peut utiliser l’eau de mélisse en externe comme vulnéraire, en interne contre l’anxiété, nervosité, stomachique, antispasmodique, vertiges en un mot les propriétés de la mélisse.

 

 

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Plantes médicinales
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 17:42

L’arthrose est une détérioration des cartilages articulaires. C’est donc une pathologie dégénérative. Les genoux, hanches, colonne vertébrale, épaules et phalanges sont les principales zones qui en sont atteints. En générale, il y a une symétrie lors des atteintes. Cette pathologie se manifeste par des douleurs, une limitation de la mobilité articulaire, cela peut évoluer par poussées (la douleur peut être en fonction de temps), l’arthrose peut être accompagné de phénomènes inflammatoires. Etant une maladie dégénérative, elle augmente avec l’âge. Etant une maladie dégénérative l’arthrose ne se guérir pas, donc le traitement sera symptomatique. Dans certains cas la pose de prothèses est nécessaires (hanches, genou).

 

Les facteurs d’arthrose sont multiples et variées non seulement bien entendue le vieillissement des articulations, des facteurs hormonaux, métaboliques, génétiques, mécaniques (traumatismes), obésités (surcharge sur les articulations), etc.….  En sont les principaux facteurs. 

Le traitement phyto-armathérapiques et orthopédique peut arrêter l’évolution, améliorer voire éliminer la douleur, diminuer ou faire disparaître l’impotence fonctionnelle, réduire la fréquence des crises. 

Donc on utilisera des plantes à action antalgique, anti-inflammatoire, antirhumatismales.

Un drainage hépatorénal fait parti du traitement.
De plantes reminéralisante comme la prêle  ferons partis du traitement. Ainsi que des applications locales pour soulager la douleur.
Bien sur les facteurs de risque seront traités : obésité, diabète, cholestérol, etc.….

 

Traitement général :

En cas de poussée aigue : pendant 2 mois par exemple.

HE de thym à linalol                  3 ml    T.M de saule

HE de niaouli                              3 ml    T.M de bouleau               aa qsp 120 ml

HE de romarin à camphre        3 ml    T.M de pissenlit

Alcool à 90°                              81 ml  

30 gouttes du mélange d’HE et 45 gouttes du mélange de T.M dans un grand verre d’eau, 10 mn avant les 3 repas. 

Infusion :
Feuilles de cassis
Feuilles de frêne
Sommité fleurie de reine des près

Mélanger en quantités égales les plantes.
Mettre 50 g du mélange pour un litre bouillante, infuser 15 mn.
Prendre 4 tasses par jour. 

Traitement de fond : 

H.E de thym à linalol    3 ml   T.M de chiendent
H.E de genièvre            3 ml   T.M de douce-amère    aa qsp 120 ml
Ess. citron                      3 ml   T.M d'artichaut
Alcool à 90°                 81 ml 

30 gouttes du mélange d’HE et 45 gouttes du mélange de T.M dans un grand verre d’eau, 10 mn avant les 3 repas. 

Prendre aussi des plantes reminéralisantes comme la prêle ou l’ortie en infusion ou en gélule. 

Alterner l’infusion  cassis, frêne reine des prés (au-dessus) avec une décoction d’aubier de tilleul : 40 g par litre d’eau bouillir ¼ h.

A boire dans la journée. En cures de 3 semaines.

 

Traitement chez un sujet âges dont l’arthrose s’accompagne décalcification :

H.E d'angélique                3 ml     T.M de cassis
H.E de genièvre               3 ml     T.M de peuplier noir    aa qsp 120 ml
H.E romarin à camphre  3 ml     T.M d'artichaut
Alcool 90°                       81 ml 

30 gouttes du mélange d’HE et 45 gouttes du mélange de T.M dans un grand verre d’eau, 10 mn avant les 3 repas. 

Prendre aussi des plantes reminéralisantes comme la prêle ou l’ortie en infusion ou en gélule.


Infusion :

Feuilles de fraisier
Feuilles de cassis
Feuilles de frêne
Feuilles de bouleau
Mélanger les plantes en parties égales.
Mettre 50 g du mélange dans un litre d’eau bouillante, infuser 10 mn.

Prendre 3 ou 4 tasses par jour.

Traitement local :

Formule du Dr Valnet :

H.E d’origan 6 g
H.E de genièvre 6 g
H.E cyprès 6 g
Térébenthine 12 g
Teinture de gingembre 180 g
Alcoolat de romarin  qsp 500 ml

En friction locale. 

Voir aussi formulaire d’aromathérapie : Arthrose

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Fiches Thérapeutiques
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 21:09

Nom latin : Cistus ladaniferus CT Pinène

Autre nom : Ciste ladanifère CV Corse

Partie de la plante distillée : Rameau feuillé

Composants : Monoterpènes 35 à 55 %( alpha pinène 50 %, camphène), Alcools monoterpéniques (bornéol), Aldéhydes, Cétones

 Propriétés :

             Anti-infectieux, anti-viral, antibactérien

             Anti-hémorragique puissant. Hémostatique utérin

             Stimule les fibres musculaires lisses. Neurotonique

             Très cicatrisant. Astringent, Anti-rides

             Anti-artéritique (infarctus)

 

Indications :

Adénite
Couperose
Diarrhées, dysenterie, rectocolite hémorragique, maladie de Crohn
Maladies virales, varicelle, rougeole, coqueluche, maladies infantiles
Eczéma suintant, purpura, vergetures (curatif), vieillissement cutané, escarres,     gerçures des seins
Fibrome utérin
Fissure anale, hémorroïdes, varices
Hémorragie, épistaxis, plaies, coupures
Transpiration excessive

Dystonie neurovégétative (action sur le parasympathique)

Maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaque)

Artérites

 

L’huile essentielle de ciste offre une huile remarquable très puissante d’odeur forte et caractéristique très astringente, rémanente, boisée et résineuse. Son faible rendement en fait une huile rare et précieuse, elle est assez onéreuse.  Mais elle est très active même à faible dose.

C’est une huile de compostions complexe contenant environ 200 substances.
Elle est renommée pour ses remarquables qualités anti-hémorragiques, cicatrisantes et astringentes.


 

 Observations : Son action cicatrisante est exceptionnelle en fait une huile qui doit être présente dans la trousse d’urgence de la pharmacie familiale.
La voie orale doit être réservée à la prescription médicale.

Son prix est couteux bien son investissement vaut le cout au regarde de son action puissante. Préférer l’huile essentielle d’origine Corse.

Applications thérapeutiques cutanées (Dr Willem) :

             Action cosmétique : 1 goutte de Ciste ladanifère dans votre crème de jour ou de nuit ralentira la formation de rides et le vieillissement précoce de la peau. Il raffermit et galbe le visage.

             Blessures : 1 goutte de Ciste (ou Niaouli) + 3 gouttes de Lavande vraie 3 fois par jour

             Coupures, entaille : 1 à 2 gouttes  de Ciste sur la plaie

             Crevasses du mamelon pendant l'allaitement : 1 goutte de Ciste  + 2 gouttes de Carotte + 3 gouttes de Lavande officinale dans 5 ml d'huile végétale de Germe de blé. 

             Crevasse, fissure anale : 1 goutte de Ciste + 1 goutte de Lavande vraie + 8 gouttes d'huile végétale de Noisette

             Hémorragies : 1 goutte de Ciste ladanifère + 1 goutte de Géranium directement  sur la plaie, en compresse

             Hémorroïdes : 20 gouttes + 40 gouttes de Cyprès dans 10 ml d'huile végétale de Millepertuis pour application externe

             Infarctus : 2 gouttes de Ciste + 2 gouttes de Khella + 3 gouttes d'Helichryse Italienne. Appliquer sur la zone du coeur tous les 1/4 d'heure en attendant le SAMU. 

             Polyarthrite rhumatoïde : 2 gouttes de Ciste + 2 gouttes de Basilic + 1 goutte d'Hélichryse 2 à 3 fois, localement. 

             Saignements de nez (épistaxis) : 1 goutte de Ciste + 1 goutte de Géranium sur un coton, à mettre dans le nez (odeur forte !). 

 

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Huiles Essentielles
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 10:24

Nom latin : Cinnamomum camphora CT cinéol

Famille : Lauracées

Partie de la plante distillée : Jeunes rameaux, feuillus

Composition : Oxydes terpéniques 50 à 60 % (surtout 1,8 cinéole 55 %),  Monoterpénols 5,7 % (alpha terpinéol), Monoterpènes 15 à 25 %(pinène, sabinène), Esters terpéniques (acétate de terpènyle).

 

Propriétés :

             Positivante

             Antivirale et stimulante immunitaire

             Antibactérienne

             Anticatarrhale, expectorante

             Rééquilibrant général

             Décontractant musculaire, antalgique, fatigue musculaire

             Neurotonique (énergétisante puissante mais non excitante)
 Stimulante du système nerveux, relaxante

             Facilite le sommeil

 

 

Indications :

Infections virales de tous types : grippe, mononucléose, anti-infectieuse, zona, herpès, hépatites et entérites virales
Déficience immunitaire grave
Bronchite, rhinopharyngite, sinusite, rhume
Drainage lymphatique et rétention hydrolipidique
Dépression, angoisse, fatigue profonde nerveuse et physique
Crampes, douleurs articulaires, arthrite cervico-dorsale
Insomnie

 

 

Attention déjà une mise en garde car l’huile essentielle de ravintsara a longtemps été confondue avec le ravensare (ravensara aromatica).
L’huile essentielle est obtenue par distillation des jeunes rameaux on otient une huile essentielle fraîche et douce qui se rapproche du Romarin à cinéol. Elle est d’une très bonne tolérance et d’une utilisation assez aisée et polyvalente qui en fait une huile essentielle primordiale pour l’aromathérapie familiale. Cette huile essentielle est possède de nombreuses qualités et est une arme pour lutter contre les virus.

 

 

Observations : je rappelle attention la ravintsara a été confondu avec le ravensare même par les grands auteurs (Baudoux, Franchomme, Pénoël, etc..).
Huile Essentielle exceptionnelle : efficacité, innocuité, tolérance.
Une incontournable pour la trousse d'urgence familiale.

NB : Déconseillée dans les trois premiers mois de la grossesse.

Aucune contre-indication (tolérance cutanée exceptionnelle).

 

Applications thérapeutiques cutanées (Dr Willem) :

             Anti-dépressif : 1 goutte de Ravintsara + 1 goutte de Cannelle + 1 goutte de Néroli sur un comprimé neutre. 4 fois par jour.

             Bronchite, rhino-pharyngite : friction de la poitrine et du dos avec un mélange de Ravintsara et Eucalyptus globulus.

             Début de grippe : friction des avant-bras, de la nuque et de la poitrine avec un mélange de Ravintsara et Niaouli. Diffusion avec Eucalyptus radiata ou polybractea.

             Fatigue physique, épuisement : massage vertébral 10 gouttes de Ravintsara.

             Fatigue musculaire : Friction avec un mélange de 5 gouttes de Ravintsara et 5 gouttes de Romarin s.b.1,8 cinéole.

             Herpès + zona : 1 goutte de Ravintsara + 1 goutte de Niaouli + Lavande vraie sur l'herpès (préventif et curatif) + quelques gouttes d'huile végétale de Millepertuis 6 à 8 fois par jour localement.

 Stress, insomnie : Masser les poignets, la colonne vertébrale et le plexus solaire avec un mélange de 5 gouttes de Ravintsara et 5 gouttes de Lavande officinale.

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Huiles Essentielles
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 17:32

Nom latin : Pinus sylvestris

Famille : Pinacées

Partie de la plante distillée : Aiguilles, bourgeons

Composition : Monoterpènes  (a et b pinènes 40 et 13 %), limonène (25-30 %), Esters terpéniques (acétate de bornyle 4 à 10 %), Monoterpénols

 

Propriétés :

Pectorale, expectorante et mucolytique

Antiseptique pulmonaire et urinaire

Stimulante des corticosurrénales et hormones sexuelles
Hormon-like

Cortison-like

Tonique, stimulante, neuro-tonique, hypertensive

Hépatique (associé au jus de Citron)

Rubéfiante, analgésique cutané

 

Indications :

Asthénie
Insuffisance testiculaire
Diabète
Sclérose en plaques.

Maladies pulmonaires et ORL (toux, bronchite, asthme, rhumes, sinusites etc.)
Infections urinaires (cystite)
Calculs biliaires
Hypotension
Fatigue
Douleurs articulaires et musculaires.

Tout processus allergique et anti-inflammatoire.

 

 

Huile essentielle à odeur assez caractéristique, qui est surtout un antiseptique des voies respiratoire bien connue. Elle sera donc indiquée dans les affections respiratoires : toux, bronchite, rhinite. Elle est souvent utilisée en synergie avec la lavande et l’eucalyptus. Les propriétés expectorantes du pin se retrouvent dans des sirops ou des pastilles pour la toux des spécialités pharmaceutiques.
C’est aussi un antiseptique des voies urinaires.

L’huile essentielle de pin sylvestre est calme aussi les douleurs musculaires et articulaires  et rentre dans les synergies antalgiques.

Elle stimulante (action sur les glandes surrénales), utile en cas asthénie, faiblesse, stress.
L'huile essentielle a aussi une action sur le foie et on peut alors l'associer au jus de Citron.

 

Observations : possibilité de réactions allergiques et irritations cutanée sur peaux sensibles.

Usage : voie interne, cutanée et respiratoire avec précaution.
 

Applications thérapeutiques cutanées et respiratoires (Dr Willem) :

             Affections respiratoires (rhumes, bronchites, asthmes, pneumonie, etc.) : Quelques gouttes d'Huile Essentielle dans un bol d'eau chaude et respirez plusieurs fois par jour. Prendre également des bains chauds additionnés de 5 gouttes d'Huile Essentielle diluées (huile d'Amande douce).

             Fatigue, pertes d'énergie : Onctions thoraciques des plexus et de la colonne vertébrale (20 à 50 gouttes d'Huile Essentielle).

 Rhumatismes, arthrite et goutte : prendre également des bains chauds.

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Huiles Essentielles
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 13:37

Nom latin : Gaultheria procumbens

Autre nom : Wintergreen

Famille : Ericacées

Partie de la plante distillée : Feuilles

Composition : Esters (surtout salicylate de méthyle  90 à 99 %)  

 

Propriétés :

Anti-inflammatoire

Antispasmodique, antidouleur

Stimulante hépatique
 

Indications :

             Tendinite, arthrite, rhumatismes, arthrose

             Crampes et contractures musculaires

             Fatigue hépatique,  séquelles d'hépatite

             Coronarites  (crise), vasodilatatrice, hypertension

             Lithiase rénale et vésicale (coliques néphrétiques)

 

L’huile essentielle de gaulthérie, extraite de la feuille donne une huile essentielle d’odeur caractérise dont la fragrance est bien connue dans les milieux sportifs, car elle est essentiellement constituée de salicylate de méthyle qui est le composant majeur des lotions et baumes utilisés par les sportifs soit avant ou après l’effort.
Donc c’est en toute logique que la gaulthérie est utilisée avant ou après l’entrainement pour prévenir des courbatures et facilité la récupération musculaire grâce à son action chauffante.
Huile essentielle précieuse dans les douleurs ostéo-musculaire et tendineuses par son action anti-inflammatoire et antalgique. Et donc sera préconisée pour les entorses, foulures,  lumbago, sciatique, tendinite (tennis-elbow).  

 

Elle possède des propriétés antispasmodiques, vasodilatatrice, anti-inflammatoire et stimule le foie et donc peut être utilisée en cas de migraine hépatique.

 

Observations : Huile essentielle indispensable pour traiter les douleurs ostéo-musculaires et tendineuses.
Cette huile essentielle est souvent reconstituée avec du salicylate de méthyle de synthèse.
Son utilisation est essentiellement cutanée, en dilution jusqu'à 20 % maximum dans une huile végétale de sésame, de noisette, etc.…

 - Déconseillée aux enfants de moins de 6 ans

 - Déconseillée chez la femme enceinte

 - Irritation cutanée (dermocaustique) possible à l'état pur.

 Usage : Surtout par voie cutanée.

 

Applications thérapeutiques cutanées (Dr Willem) :

             Douleurs rhumatismale : 1 goutte de Thym saturéoïde + 1 goutte de Gaulthérie + 1 goutte de Basilic exotique + 3 gouttes d'huile végétale de Noisette 3 fois par jour.

             Entorses : 10 gouttes  de Gaulthérie + 10 gouttes de Romarin officinal s.b. 1,8 cinéole + 5 gouttes de Laurier noble dans 15 ml d'huile végétale de Macadamia. Quelques gouttes en massage doux des parties douloureuses.

             Névralgies : 1 goutte de Gaulthérie + 2 gouttes d'Eucalyptus citronné + 1 goutte de Genévrier commun. 4 à 6 fois par jour localement.

             Phlébite : 2 gouttes de Gaulthérie + 2 gouttes d'Hélichryse + 3 gouttes d'Eucalyptus citronné. Masser localement en remontant vers le cœur 3 fois par jour.

             Tendinite, tennis-elbow, myosite : 2 gouttes de Gaulthérie + 2 gouttes d'Eucalyptus citronné + huile végétale de Macadamia sur les points douloureux à raison de 2 à 3 onctions par jour.

             Séquelles d'hépatite : 1 à 2 gouttes de Gaulthérie  3 fois par jour très diluées.

 

 

Autre huile essentielle aspirine-like, le Bouleau jaune (Betula alleghaniensis) même composition que la gaulthérie : Esters (salicylate de méthyle 99 %)

 

Propriétés :

             Négativante

             Antispasmodique

             Anti-inflammatoire

             Hépatostimulante 

 

Indications

             Rhumatismes musculaires, tendinite, crampe, arthrite, épicondylite

             Petite insuffisance hépatique

             Hypertension, céphalées  

 

Contre-indications :

Aucune connue aux doses physiologiques.

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Huiles Essentielles
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 10:00

 

Nom latin : Origanum majorana

Autres noms : Marjolaine à coquilles, Grand origan

Famille : Lamiacées

Partie de la plante distillée : Sommité fleurie, rameaux fleuris

Composition : Monoterpénols (linalol, terpinène 1 ol 4, alpha terpinéol, thujanol),  Monoterpènes (40 %, pinènes, sabinène, myrcène), Esters terpéniques

 

Propriétés :

             Antispasmodique, dystonie neuro-végétative

             Calmant nerveux, rééquilibrant général et nerveux, antidépresseur

             Anti-asthénique, neurotonique

             Sédatif, analgésique, anaphrodisiaque (freine la libido)

             Vasodilatateur artériel
 Parasympathicotonique (hypotensive)
 Régulateur cardiaque

             Stimulant gastrique, Régulateur de l'appétit 

 

Indications :

Insomnie
Migraine
Neurasthénie
Anxiété
Hypertension
Hyperthyroïdie
Dyspepsies
Spasmes digestifs
Gastralgies,
Flatulences
Coliques
Douleurs menstruelles
Spasmes utérins
Raideur
Rhumatismes
Névralgies
Problèmes psychosomatiques d'origine affective
Spasmophilie
Troubles sexuels en hyper (obsession).

 

 

L’huile essentielle de marjolaine est extraite de la plante fleurie. Ne pas confondre cette huile avec celle de l’origan, la marjolaine sylvestre et la marjolaine à thujanol.
La marjolaine des jardins ou à coquille est une huile essentielle calmante et son action sur le système nerveux est sans pareil. C’est l’huile essentielle des
dystonies neuro-végétatives. Ainsi elle trouvera ses indications pour hypertension, anxiété, stress, névralgies, sautes d’humeurs, etc…
Elle favorise l’endormissement et améliore la qualité du sommeil.

On l’utilise aussi contre les affections respiratoires souvent avec d’autres huiles essentielles.
 

Observations : Respectez les doses à forte doses elle devient stupéfiante.

Donc ne pas la confondre avec l’origan vulgaire (origanum vulgare), l’origan de Grèce (origanum heracleoticum carvacroliferum), l’origan compact (origanum compactum), la marjolaine sylvestre (thymus mastichina) et la majorlaine à thujanol ((origanum majorana ct thujanol).
 

Usage : Voie orale, voie cutanée.

 

Applications thérapeutiques cutanées  et orales (Dr Willem) :

             Agitation : 2 gouttes de Marjolaine + Litsée en alternance sur le plexus solaire. Consulter le médecin.

             Algies rhumatismales : 2 gouttes de Marjolaine + Basilic exotique. La prise orale sur un support est possible.

             Arythmie : 1 goutte de Marjolaine + Ylang-Ylang + Petit grain bigarade sur le plexus solaire selon besoin. Consulter le cardiologue.

             Gastralgie, diarrhée : 1 goutte de Marjolaine + Basilic dans une cuillerée d'huile d'Olive à prendre avant les repas.

             Hypertension : 1 goutte de Marjolaine + Ylang-Ylang sur le plexus solaire 2 fois par jour.

             Psychose : 2 gouttes de Marjolaine, Néroli, Ravensare sur le plexus solaire. Consulter le médecin.

             Rhumes, sinusites (adultes) : Voie interne : 1 goutte de Marjolaine + 1 goutte de Ravintsara sur un support, alterner avec 1 goutte de Romarin s.b. 1,8 cinéole et 1 goutte de Citron. 4 fois par jour pendant 10 jours.

             Sécheresse des muqueuses nasales et conjonctive oculaire : 3 gouttes de Marjolaine en sympathicothérapie nasale.

             Stress. Dès lors que la peau subit également les conséquences du stress, vous pourrez introduire : 1 goutte d'Huile Essentielle de Marjolaine + Néroli dans votre lait démaquillant.

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Huiles Essentielles
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 09:10

Voie cutanée :

H.E. Eucalyptus CT cryptone     0,5 ml

H.E. Gaultheria procumbens         2 ml

H.E. Lavandula super acétate        4 ml

H.E. Satureja montana                    1 ml

H.E. Thymus satureoïdes               2 ml

H.E. Thymus CT thujanol          0, 5 ml

Gel neutre ou huile végétale   ad 100 ml 

3 à 4 applications locales par jour pendant 15 jours (continuer si nécessaire).
et, en plus,

H.E. Picea mariana        3 ml

H.E. Pinus sylvestris     7 ml

H.V. Noisette ad          30 ml 

6 à 8 gouttes en onctions surrénaliennes 2 fois par jour.

ou

H.E Rosmarinus officinalis à camphre 3 g
H.E Pinus pinaster                                 3 g
H.E Laurus nobilis                                 3 g
H.E Gaultheria procumbens                3 g
Gel neutre ou huile végétale    qsp 100 g
2  applications par jour sur la région douloureuse.
 

Voie cutanée (à visées antalgique et antirhumatismale) :

H.E. Eucalyptus polybractea (cryptone)  4 ml

H.E. Satureja  montana (carvacrol)          2 ml

H.E. Thymus vulgaris thujanoliferum      2 ml

H.V. Corylus avel. q.s.p.                           30 ml
2 à 4 applications par jour durant deux semaines, à renouveler si nécessaire.

 

Voie orale :

H.E. Eucalyptus dives                                   1 ml

H.E. Juniperus communis ssp communis   1 ml

H.E. Mentha piperita                                     1 ml

H.E. Ocimum basilicum ssp basilicum         1 ml

H.E. Petroselinum crispum                           1 ml

Alcool 90°                                                      45 ml

Mettre 45 gouttes du mélange dans un verre d’eau matin et soir avant le repas pendant 20 jours (continuer si nécessaire)

 

Voie orale (à visée stimulante hépato-pancréatique) :

H.E. Juniperus communis ssp alpina     1 ml

H.E. Mentha x piperita                            1 ml

Alcool 90°                                                18 ml
Mettre 20 gouttes du mélange dans un verre d’eau, trois fois par jour durant 20 jours

 

Voie orale (à visée dépurative rénale) :

H.E. Ledum groenlandicum      1 ml

H.E. Petroselinum crispum       1 ml

Alcool 90°                                  18 ml
Mettre 20 gouttes du mélange dans un verre d’eau, deux fois par jour durant 20 jours à renouveler si nécessaire.

 

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Formulaire d'aromathérapie