Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

null

On donne le nom de teintures alcooliques ou teintures à des préparations résultant de l'action extractive exercé par l'alcool éthylique pur (éthanol) sur des drogues (teintures simples) ou mélanges de drogues (teintures composées). Les drogues sont soit d'origine végétale (faites avec des plantes médicinales) ou animales et les drogues doivent être
sèches
.
Attention : les teintures ne doivent pas êtres confondues avec les alcoolatures, les teintures mères homéopathiques
. En 1822 Chéreau proposa le nom d'alcoolé pour les teintures, qui partageaient autrefois avec les alcoolats les noms empiriques de baumes, d'élixirs, de gouttes, d'essences, de quintessences, etc.... On devrait employer le nom d'alcoolé pour ces préparations et ainsi les confusions avec d'autres préparations seraient évitées, mais le terme de teinture reste le plus employé.
Selon qu'il rentre dans leur formule, outre l'alcool une ou plusieurs drogues  les teintures sont dites simples ou composées.

Le codex prescrit le rapport de 5 d'alcool pour 1 de drogue sèche, c'est a dire une teinture dite au 1/5 éme ce rapport est un rapport en poids par exemple pour 10 g de drogues sèches il faut employé 50 g d'alcool.
Mais il y a quelques exceptions le rapport dans certains cas est de 10 d'alcool pour 1 de drogues sèches on parle alors de teintures au 1/10éme (donc pour 10 g de drogues sèches il faut employé 100 g d'alcool) c'est le cas pour la teinture de safran ou de vanille ou des teintures simples de drogues dites héroïques faite surtout avec des plantes riches en alcaloïdes ou glucosides (l’aconit, belladone, datura, jusquiame, muguet, lobélie, etc...).
Les principes que l'on cherche à faire entrer dans les teintures ne sont pas également solubles dans l'alcool à toutes espèces de degrés, il s'ensuit que ce dernier doit varier en force. Le codex défini 4 degrés d'alcool différent pour préparer les teintures : 60°, 70°, 80° et 90°.
En France, l'alcool étant réglementé, il parfois difficile de se procurer de l'alcool pur pour faire ses teintures et donc on peut trouver dans de nombreux ouvrages des préparations de teintures avec de la vodka, eau de vie, rhum blanc, etc... mais ces alcools non pas un degré suffisant pour dissoudre tous les principes actifs des drogues traitées.

L'alcool à 60°:
Il est réservé pour des drogues contenant des substances facilement solubles ou riche en tanin (l’aubépine, l'ail, l'arnica, l'hamamélis, ratanhia, etc...)

L'alcool à 70° :
Réserver pour les teintures très actives dites héroïques contenant notamment des alcaloïdes ou glucosides comme  la belladone, digitale, colchique, coca, ipécacuanha, jusquiame noire, lobélie, muguet, stramoine, strophantus, etc... A l'exception toutefois de la teinture d'aconit et chanvre indien qui sont préparées avec de l'alcool à 90°.

L’alcool à 80°:
Pour les drogues contenant surtout des principes résineux et huiles essentielles comme le benjoin,  la cannelle, acore odorant, gingembre, muscade, coriandre, eucalyptus, etc....

L'alcool à 90° :
Pour les résines elles-mêmes, aux baumes, aux térébenthines et aux huiles essentielles.

Pour la préparation de teintures "maison" je ne rentrais pas dans les détails techniques des préparations de laboratoire et protocole de laboratoire ( je dois préciser que je suis chimiste et personnellement je fais mes teintures avec un extracteur de Soxhlet, la préparation de teintures se fait en plusieurs étapes : dissolution, macération, digestion, solvant à chaud dans certains cas, lixiviation ou percolation) car tout le monde n'est pas équipé de matériel de laboratoire. Donc je présenterais les choses d'une manière simplifiée.

Pour faire une teinture de plante puisque là il s'agit de phytothérapie, on fait macérer la plante sèche ou la partie de la plante concernée sèche dans l'alcool en vase clos pendant 10 à 15 jours.  Pour mieux extraire les principes actifs de la drogue il faut que cette dernière soit divisée c'est dire que la drogue doit être réduite en menus morceaux (en poudre si possible mais en menus fragments cela convient aussi). Pour extraire encore mieux on divise aussi l'alcool en deux parties égales, on fait macérer la plante dans une première partie d'alcool on filtre et on ajoute la deuxième partie d'alcool sur le résidu de la plante et on fait macérer à nouveau, puis on filtre et on ajoute le filtrat au premier.
Il est important lors de la filtration de bien presser le résidu de plante (on utilisait autrefois une petite presse dite presse à teinture). Certaines teintures peuvent se préparer sans macération en dissolvant directement les principes dans l'alcool et doivent alors portées le nom de soluté ou solution mais le terme de teinture reste employé par exemple la teinture de benjoin mais ce sont surtout les teintures d' huiles essentielles que l'on prépare ainsi (personnellement pour prendre mes huiles essentielles en interne je fais  une teinture d'huiles essentielles au 1/10 éme (10 gouttes de teinture représente donc 1 goutte d'huiles essentielles pures) que je dilue dans un verre d'eau).     
Les teintures se conservent relativement bien 5 ans sans problèmes, mise à part quelques exceptions comme les teintures d'aconit, belladone, digitale qui se conservent 1an. On les conserve dans des flacons en verre teinté et à l'abri de la lumière et de la chaleur.
 

Utilisations des teintures :

On utilise les teintures en usage interne la posologie est en fonction de la plante utilisée, de l'âge et de la maladie à traiter, on verse un certain nombre de gouttes dans un verre ou demi verre d'eau. Bien sur les teintures à base de plantes à alcaloïdes ou glucosides comme le muguet, aconit, stramoine sont réservées à la prescription médicale.
On utilise aussi les teintures en usage externe en gargarisme, en compresse, lavage des plaies par exemple.
On peut aussi incorporer des teintures dans des crèmes aussi.

Voici une liste pour vous aider dans vos préparations. Le degré d'alcool à utiliser et le rapport drogues/alcool, en fonction de la plante utilisée, la liste est bien sur  loin d'être exhaustive.
Alcool à 60° au 1/5éme :

Absinthe
Ail
Aloès
Arnica
Asclépiade
Aubépine
Aunée
Bistorte
Brou de noix
Caïanca
Camomille
Cascara
Cévadille
Chardon bénit
Colchique (bulbe)
Coloquinte
Colombo
Droséra
Gentiane
Écorce de chêne
Écorce de marron
Gaïac (bois)
Gratiole
Guaco
Hamamélis
Houblon
Hydrastis
Hydrocotyle
Jaborandi
Jalap
Kinkéliba
Kola
Noix de galle
Pareira brava
Passiflore
Piscida
Quassia
Quinquina rouge
Ratanhia
Rhubarbe
Roses rouges
Salsepareille
Scille
Seigle ergoté
Tormentille
Tournesol
Valériane

Alcool à 60° au 1/10éme :
Airelle (baies)

Alcool à 70° au 1/10éme :
Adonis
Belladone
Coca
Colchique (semence)
Digitale
Ipécacuanha
Jusquiame
Lobélie
Muguet
Noix vomique
Stramoine
Strophantus

Alcool à 80° au 1/5éme :
Acore odorant
Anis
Asarum
Ase fétide
Badiane
Baume de
la Mecque
Baume du Pérou
Baume de tolu
Benjoin
Boldo
Bourgeon de pin
Buchu
Cannelle
Cardamome
Cascarille
Citron
Copahu
Coriandre
Croton
Cubèbe
Ellébore noire
Eucalyptus
Euphorbe
Galanga
Galbanum
Gingembre
Girofle
Grindélia
Iris
Macis
Muscade
Myrrhe
Oliban
Opoponax
Orange amère
Panama
Phellandrie
Polygala de Virginie
Pyrèthre
Résine de gaïac
Ricin
Rue
Sabine
Serpentaire
Thuya
Sang-dragon
Scammonée
Storax
Styrax
Viburnum
Zédoaire

Alcool à 80° au 1/10éme :
Safran
Vanille

Alcool à 90° au 1/10éme :
Aconit

Chanvre indien
Huiles essentielles

 

Par exemple si je veux préparer une teinture de boldo je procède de cette façon :

Feuilles de boldo sèches (en menus fragments)   20 g
Alcool à 80°                                                                100 g

Dans un bocal à large ouverture et fermant hermétiquement, je mets les ingrédients à macérer pendant 10 à 15 jours. Je filtre et en pressant bien le résidu, (personnellement j'utilise la filtration sous vide avec un verre fritté car le papier filtre ordinaire laisse passer quelques résidus).
Je conserve ma teinture dans un flacon en verre teinté et fermant bien.

Partager cette page

Repost 0
Published by