Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 23:12
http://img11.hostingpics.net/pics/890381matricaire.jpg
Nom latin :
Matricaria chamomilla
Famille : Astracées
Autres noms : camomille allemande, petite camomille, camomille matricaire, camomille commune, camomille sauvage, camomèle, œil du soleil, matricaire odorante, matricaire allemande 
Composition : Huile essentielle contenant du chamazulène, dicyclo-ethers polyiniques, lactones sesquiterpéniques (matricine, matricarine), flavonoïdes, coumarines, polysaccharides.

 Mise en garde : Allergie aux astéracées. Elle peut occasionnée des aphtes buccaux chez certains sujets. Quelques douleurs abdominales ont été signalées chez certains sujets. La matricaire peut inhiber la coagulation sanguine, donc pour les personnes sous anticoagulants prudence et en parler à son médecin.

Parties utilisées : Capitules floraux (improprement appelés fleurs)
Récolte : de juin à juillet de préférence, en août possible
Floraison :
Mai à Septembre
 
Propriétés :
Antalgique
Anti-inflammatoire
Antispasmodique
Apéritive
Bactéricide
Digestive
Diurétique
Cholagogue
Emménagogue
Fébrifuge
Leucogène (Dady)
Sédative nervin
Stimulante
Sudorifique
Vermifuge (oxyures et ascaris)
 
Indications :
Aérophagie, ballonnements, flatulences, digestion difficiles, entérite
Anémie
Dentition douloureuse chez l’enfant
Diminue la tension nerveuse
Engorgement du foie et de la rate
Inappétence
Insomnies, irritabilité, convulsion, dépression nerveuse, crises nerveuses
Maladies infantiles (rougeole, varicelles)
Migraines, céphalées de la grippe
Névralgies, douleurs lombaires
Parasitoses intestinale : ascaris et oxyures
Refroidissement, états grippaux
Troubles de la ménopause, dysménorrhées, aménorrhées
Ulcères gastriques et intestinaux
Vertiges
 
Usages externes :
Conjonctivites
Dermatoses, furonculose, dartres, eczéma, prurit vulvaire, urticaire
Brulures, plaies banales et infectées
Douleurs rhumatismale et goutteuses
 
 
 
Voici la matricaire, elle a autant de noms vernaculaires et latins, qu’elle de propriétés. C’est une plantes médicinale des plus précieuses. Avec la matricaire comme le dit un vieil adage « le problème n’est pas de savoir quand l’utilisée mais quand ne la l’utilisée ».
 La matricaire ou camomille allemande serait originaire des Balkans.
 C’est une plante annuelle de 20 à 50 cm.
Elle aime les lieux secs, bien drainés et ensoleillés.
La matricaire est très commune, elle pousse partout en Europe et en Asie mineure.
On la trouve dans les champs, le long des chemins, terrains vague, vieux murs et les lieux incultes. Toute la plante et les fleurs en particulier dégagent au froissement une odeur aromatique qui rappel la pomme. D’ailleurs Chamomilla serait la transcription du grec Chamaï : à terre et Mêlon : pomme, coing et qui ferait allusion soit à la forme plus ou moins arrondis de ses capitules ou soit d’après Pline à leurs odeurs qui rappellerait ses fruits. Quand à Matricaria qui vient du latin signifiant : mère, matrice rappelle l’ancien usage que l’on faisait de cette plante pour faciliter les accouchements et aussi à cause de ses propriétés emménagogues
 La matricaire était bien connue des médecins grecs de l'Antiquité.
Dans l'Antiquité, on utilisait ses feuilles contre les douleurs et les migraines liées aux règles douloureuses.
Mais son histoire est des plus difficile à tracer, tant les confusions sont nombreuses entres les Anthémis, Parthenium, Camomille, Matricaire.
Asclépiades, IIe siècle av J.C en faisait déjà des éloges de son infusion.
Au Ie siècle, Dioscoride parle de 3 espèces dont une est notre matricaire et évoque ses propriétés emménagogues, diurétiques et cholagogues et la préconise contre les calculs, les coliques, la flatulence, les maladies du foie et en usage externes contres les fistules lacrymales et les aphtes.
Au IIe siècle Galien l’utilise contres les courbatures, les douleurs, les fièvres non inflammatoires et surtout bileuses.
Au XVIe siècle, Tragus et Tabernaemontus au siècle suivant la préconisèrent pour les troubles digestifs et comme vulnéraire pour guérir les blessures.
 La matricaire est considérée comme dépurative, antispasmodique et vermifuge. La matricaire est la plante des troubles féminins : elle est traditionnellement utilisée pour soulager les règles douloureuses, en particulier lors des absences de règles dues à des troubles nerveux, ou soigner les gerçures du sein chez les nourrices. Elle sert également à soulager les névralgies faciales.
C'est un tonique amer qui soigne depuis toujours fatigue et engorgement du foie.               Son infusion, bactéricide et fongicide, est utilisée comme désinfectant des voies nasales supérieures.
En usage externe, on en fait des lotions apaisantes pour les dermatoses. On s'en sert pour guérir les plaies, son usage en eau de dernier rinçage, empêche les cheveux de tomber, il laisse aux cheveux blonds des reflets dorés et dore les cheveux châtains.
Son huile macérer est un bon antalgique.
Autrefois, il était d’usage de mettre de la matricaire séchée dans les armoires comme antimite.
 
Après avoir été tant appréciée des anciens, aujourd’hui notre matricaire est un peu près délaissée de nos jours. Surtout au profit des plantes venue de Amazonie, de Chine, ou je ne sais de quelles contrés lointaines. 
Et pourtant c’est une de nos meilleures plantes médicinales indigènes, facile à trouver, facile à récolter. Et donc qui ne coût rien.
J’adore cette plante et sa récolte et pour moi un vrai plaisir, enivré par son parfum.
Je l’utilise seule ou associée à d’autres plantes surtout pour les problèmes digestifs, les états grippaux et les migraines et comme antispasmodique.         
 
Utilisations :
 
Infusion :
15 à 30 g de capitules séchés pour un litre d’eau bouillante. Infuser 10 mn.
Boire 3 ou 4 tasses par jour.
Après les repas pour un effet digestif et avant les repas pour un effet apéritif. Entre les repas pour les autres cas. En cas d’insomnies prévoir d’en boire une tasse avant le coucher.

Comme infusion sudorifique on l’associe à la fleur de tilleul, de sureau et de bouillon-blanc.
Comme stomachique et carminatif on l’associe à la menthe poivrée, fenouil, carvi et anis vert.

Faire une infusion plus concentrée pour l’usage externe 50 à 100 g par litre.
 
Huile :
Faire macérer à chaud, au bain marie pendant 2 heures, 100 g de matricaire pour un litre d’huile d’olive.
A utiliser en friction sur les douleurs rhumatisme, lumbago, entorse, contusion, etc..
Autre recette en remplaçant la camomille romaine par la matricaire : huile de camomille.
 
On peut faire une pommade à la camomille en remplaçant l’huile d’amande douce du cérat de Galien par de l’huile de matricaire. 

Vin :
Mettre 30 à 40 g de matricaire dans un litre de vin rouge, macérer pendant 3 semaines. On peut ajouter un peu de sucre si l’on veut.
Prendre un petit verre avant chaque repas comme apéritif.

Cheveux blonds Clotilde Boisvert :
Pour blondir :
Voici une formule pour donner à vos cheveux des reflets blond d'or ou blond roux de la jolie teinte des Vénitiennes. Tout d'abord certaines plantes suffisent à donner ce reflet si on prend soin d'en laver la chevelure : la matricaire que l'on trouve chez tous les herboristes est de celles-là.
Une décoction très concentrée composée de :
60 g de matricaire,
60 g de camomille,
1 000 g d'eau. 
Porter à ébullition durant une demi-heure est un excellent procédé.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'herboriste - dans Plantes médicinales